Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Équipes > Matériaux Pour la Santé > Reconstruction et Ingénierie Tissulaire > Thèmes de recherche

Thèmes de recherche

La médecine régénérative représente une des voies importantes de développement des futures thérapeutiques humaines. Le projet de la thématique Reconstruction et Ingénierie Tissulaire vise en particulier le tissu osseux et l’appareil locomoteur de façon plus générale. Cette approche associe une matrice extracellulaire (scaffold), des cellules ostéocompétentes (principalement cellules souches mésenchymateuses) et un environnement approprié en terme de signaux biologiques et de vascularisation (facteurs de croissance,…). Pour la matrice, l’amélioration des qualités biologiques des matériaux sera visée via trois approches :
- Contrôle et hiérarchisation de la porosité pour améliorer la résistance mécanique, l’accroche physique/structurelle et l’intégration au tissu osseux (notion d’ostéo-intégration)
- Fonctionnalisation des surfaces pour la vectorisation de principes actifs ou de molécules à effet biologique telles BMP, intégrines, facteurs de croissance… (notion d’ostéo-induction)
- Dopage du matériau par des éléments permettant, par une cinétique de relargage maîtrisée, de contrôler une réponse biologique localisée et ciblée (effets antibactériens, anti-inflammatoires, anti-ostéoporotiques…).

Les bioverres et les céramiques phospho-calciques, candidats à très fort potentiel, seront synthétisés par voie sol-gel afin de pouvoir maîtriser à la fois leur chimie, leur morphologie et leur mise en forme. D’un point de vue cellulaire, le projet est de poursuivre les travaux menés à partir des Cellules Souches Mésenchymateuses d’origine humaine pour s’approcher des conditions cliniques. L’idée ici est de potentialiser ou d’orienter leur action au travers des modifications de leur environnement en étudiant les effets des matrices fonctionnalisées, des modifications de topographie ou de chimie de surface. Cet aspect comprend également la détection des effets potentiellement néfastes engendrés (cytotoxicité), ou l’étude des effets sur des cellules non eucaryotes (propriétés antibactériennes).